N° 08 – Modèles conceptuels : FRBR Réponse

Aujourd’hui nous accostons au quai des modèles conceptuels créés pour la gestion de l’information. Brièvement présentés les modèles conceptuels sont : des outils de dialogue et d’intercompréhension entre des personnes d’horizons différents (par exemple : spécialistes d’un domaine et informaticiens) ; des outils de dialogue entre réservoirs de données hétérogènes ; des outils d’aide à la conception des systèmes ; des outils de comparaison, d’échange et de stockage de données ; des outils d’intégration au Web sémantique. Ils se situent au-dessus des schémas de métadonnées (voir posts précédents), donnant une vue d’ensemble abstraite de l’information fournie et fixent un idéal à atteindre quant à la gestion de cette information.

Mon propos, pour ce post, consiste en une introduction sur le modèle FRBR (Fundamental Requirements for Bibliographic Records ou en français, spécifications fonctionnelles des notices bibliographiques). C’est un modèle conceptuel développé par l’IFLA entre 1992 et 1998, sur la base de 9 résolutions adoptées en 1990 suite au séminaire de Stockholm sur les notices bibliographiques. Ce cadre conceptuel a pour but d’atteindre une compréhension commune et partagée des finalités des notices bibliographiques. Plus précisément il s’agit, de définir un niveau de catalogage minimal mais efficace pour les agences bibliographiques nationales et de mettre en adéquation les données bibliographiques avec les besoins des utilisateurs.

Ainsi les champs de l’étude sont : 1) les données (ensemble des données constutitives des notices bibliographiques, c’est-à-dire les données associées aux différents champs décrits dans les catalogues de bibliothèque et les bibliographies nationales); 2) les utilisateurs (tous les utilisateurs potentiels des notices : usagers des bibliothèques, personnels des bibliothèques, éditeurs, distributeurs, gestionnaires de droits d’auteur, etc.) ; 3) les besoins de ces utilisateurs (besoins relatifs aux buts recherchés dans le processus de consultation des catalogues : trouver des références en fonction de critères de recherche, identifier une ressource, la sélectionner en fonction de ses modalités d’utilisation et enfin y accéder).

La méthode repose sur une analyse des données bibliographiques selon le modèle Entité-Relation qui définit : un regroupement d’éléments de données en « entités » qui sont organisés en 3 groupes dans le FRBR, une identification des « relations » existant entres ces différentes entités et une identification d' »attributs » susceptibles de les affecter. Pour le détail concernant les entités je vous renvoie à cet article.

Les avantages pour les bibliothécaires se résument à : un catalogage facilité, une oeuvre est cataloguée une fois pour toutes pour toutes ses formes d’expression (traductions notamment), ces expressions elles-mêmes cataloguées une seule fois pour toutes les manifestations liées (éditeur, lieu d’édition, date, etc.), d’où enfin une organisation logique du catalogue. Pour l’utilisateur, la recherche est facilitée, car une seule recherche permet de trouver tous les types de matériel d’une oeuvre sans doublons, toutes les expressions sont affichées en une seule opération et sa navigation dans le catalogue est plus naturelle.

Pour l’intégration du modèle dans sa bibliothèque, il faut choisir un fournisseur de logiciel intégrant le modèle (voir VTLS inc). Désolé je n’ai pas trouvé de SIGB libre intégrant cet outil, néanmoins une consultation du lien précédent vous permettra d’en savoir plus sur le mécanisme de fonctionnement du modèle avec le tutoriel en ligne qui y est proposé.

Les FRBR restent cependant un modèle théorique dont l’application n’est pas aisée. La masse des données structurées en ISBD ou MARC est énorme et l’élaboration de programmes de conversion vers le FRBR est problématique (notamment du fait aussi de la « babelisation » du MARC). Aussi comment ne pas prendre en compte l’ingérence du Web 2.0 dans l’espace bibliothéconomique qui propose toute une nouvelle démarche qui va plus loin dans la prise en compte des besoins des utilisateurs (Opac social, folksonomie, métamoteur à affichage cartographique comme Kartoo …). Toutes ces remarques (parmi tant d’autres) ne constituent-ils pas des facteurs de blocage qui font que le modèle soit toujours confiné à des projets limités aujourd’hui ? 

Pour de plus amples informations sur le sujet voir les liens ci-après, la brochure de Barabara Tillett, le rapport final du groupe de travail de l’IFLA.

Prochaine cargaison : Modèle OAIS

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s