N° 25 – Web sémantique : apporter notre pierre à l’édifice Réponse

Au moment où se construit le Web sémantique,  soyons comme les bâtisseurs des cathédrales du Moyen-âge, c’est-à-dire des maçons opératifs et non spéculatifs. Détenant des savoir-faire comme ces derniers, devons-nous pour autant nous emmurer dans des obédiences où les pratiques et connaissances ne sont réservées qu’aux seuls initiés de la bibliothéconomie ? En toute assurance, qui est la marque des hommes imbus de l’importance de leur corporation, je crois que non, tant le constituant du web sémantique, à savoir les ontologies a envahi, depuis des lustres, les travées de nos espaces documentaires. Que celui de nous qui a déjà indexé jette la première pierre et à coup sûr, une ribambelle de galets s’envoleront du même coup, de tous les bords de la terre, formant un amas de briques certes difforme, qu’il faudra agencer selon les plans de l’édifice sémantique à bâtir. Il ne s’agit ni plus ni moins dans ce billet, de dire l’impossibilité de se passer de l’expertise des héritiers de Melvil Dewey et que ceux-ci doivent marquer leur présence au moment où se dessinent les plans architecturaux du monument sémantique.

Décrire, classifier, hiérarchiser, signifier, lier des termes et documents ; voilà ce qu’on veut assigner à des moteurs dits sémantiques. Dans nos pratiques « humaines » quotidiennes, nous ne faisons pas moins que cela et tel M. Jourdain (faisant de la prose sans le savoir) nous créons des ontologies sans nous en rendre compte. Alors la question à poser n’est-elle pas de savoir, comment convertir cette production « brute », née le plus souvent d’une expertise empirique, en une  réalité normée, répondant aux canons de l’orthodoxie informatique, plus précisément « webique » et qui sous-tend la performance des moteurs de recherche sémantiques ?  Eh bien selon les « experts » (je leur concède volontiers cet attribut parce que je les considère comme tels) en la matière, il faut une mixture composée de modèles : les RDF (pillier de l’architecture du Web sémantique), formidablement expliqués dans ce lien d’expert et les FRBR (il est grand temps que les SIGB s’y mettent), accompagnés d’une bonne dose d’OWL. En termes plus concrets : des catalogues de bibliothèques différentes pourront s’enrichir entre eux, être interrogés en une seule fois et de façon transparente pour les utilisateurs quand ils auront été soumis formellement à la même « RDFisation », à l’usage d’un même vocabulaire et d’un même modèle FRBR.

Comme base de créations d’ontologies, pourquoi n’utiliserions-nous pas les termes de nos différents systèmes de classification (définis et résumés ici) : données décrites en RAMEAU, ou bien encore les Worldcat identities (powered by OCLC) ou bien même ceux de nos petits systèmes classificatoires à formalisation locale ?

Il ne s’agit ni plus ni moins, pour nous bibliothèques(caires), que d’être une pierre angulaire du Web sémantique, pierre qu’il faudra bien polir afin qu’elle ne soit pas rejetée par les bâtisseurs.

Quelques ressources


Creative Commons License
Ce document est mis en ligne sous Licence Creative Commons.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s