N° 51 – Quelques bibliothèques numériques sénégalaises Réponse

Depuis plusieurs années est posé le problème de la présence de contenus africains sur le Web. En effet, le constat a été  fait depuis que la toile a fini d’étendre ses ramifications à l’ensemble du globe terrestre, que le berceau de l’humanité est resté le parent pauvre de la production numérique. Et pourtant que de choses à dire, que d’expériences à faire partager, que de préjugés à revoir pour affirmer que cette Afrique n’est pas irrémédiablement exclue du monde de la publication électronique. Le but de ce billet d’exposer quelques réalisations, des bibliothèques numériques visibles et produites dans un petit espace territorial, le plus occidental de cette partie du monde dénommé Sénégal.

  • Collection de la BUCAD : bibliothèque numérique des travaux académiques de l’Université Cheikh Anta Diop Dakar créée et mise à jour par sa bibliothèque centrale
  • Collection de l’EISMV : bibliothèque numérique de l’Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecine vétérinaire de Dakar, qui recense les travaux académiques de type thèse ou mémoire soutenus au niveau de cette Ecole démembrement de l’Université Cheikh Anta Diop.
  • Collection de l’IOS : bibliothèque numérique de l’Institut d’Odontolo-Stomatologie de l’Université Cheikh Anta Diop.
  • Collection de l’ISRA : bibliothèque numérique de l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles qui présente les publications de ses chercheurs
  • Collection de l’UGB : bibliothèque numérique des travaux académiques de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis créée et mise à jour par sa bibliothèque centrale
  • Collection du PTCI : bibliothèque numérique qui donne accès mémoires de D.E.A. du Programme de troisième cycle interuniversitaire d’Economie de Dakar.  Ce Programme (PTCI) en Economie est une initiative de la Conférence des Institutions d’Enseignement et de Recherche Economiques et de Gestion en Afrique (CIEREA), Organisation Non Gouvernementale internationale basée à Ouagadougou (Burkina Faso). Ce Programme concerne les Facultés, les Centres de recherches et les Instituts en Sciences Economiques et de Gestion de dix-huit pays francophone au Sud du Sahara. Plus d’informations.

Ces quelques bibliothèques numériques, qui il est vrai sont pour la plupart à l’état « juvénile », sont des sources inestimables d’information pour les communautés d’étudiants et de chercheurs sénégalais, voire au-delà. L’usage des logiciels libres pour les construire, en l’occurrence Greenstone et DSpace, est la preuve que la barrière financière est évitable pour peu qu’on ait la volonté d’agir. Il est vrai que les coûts de réalisation ne sont pas tout à fait nuls, en attestent la formation à effectuer en direction des acteurs et l’hébergement des collections sur des serveurs Web. Autant de choses qui entrent dans les cordes de nos structures, ou à défaut, activer des leviers de partenariat comme c’est le cas avec le concours décisif du Projet SIST,  mais aussi d’eIFL, de l’IRD et du COBESS, qui permettent aujourd’hui  d’accéder à ces collections.

Enfin la plupart de ces ressources son accessibles à partir du portail national de l’information scientifique et technique qui propose en sus, des données bibliographiques des structures universitaires et de recherche nationales et internationales.

Le train est en marche en attendant l’attelage d’autres wagons.

Share

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s