N° 55 – Echos de Göteborg : c’est la fin 1

Les bonnes choses ont toujours une fin, dans ce troisième billet concernant le 76e Congrès de l’IFLA, je relate les dernières sessions qui m’ont marquées et tire un petit bilan de la manifestation.

Le samedi 14 août s’est tenue l’intéressante session 133 organisée par les sections « Alphabétisation et Lecture » et « Bibliothèques pour populations multiculturelles » et dont le thème était : Les bibliothèques soutiennent la lecture dans une société multiculturelle, multilingue. J’ai été particulièrement intéressé par la communication faite par Maija Berndtson, Directrice de Helsinki City Library en Finlande, qui a exposé l’expérience de sa propre bibliothèque (la Bibliothèque de la Ville d’Helsinki) et son statut multilinguistique depuis 1995. Cette structure qui est en fait un réseau citadin de 35 bibliothèques, a la caractéristique essentielle de donner à des utilisateurs d’origine étrangère la possibilité  d’accéder à un fonds documentaire dans leur langue maternelle (des livres disponibles en 70 langues). Cela permet à ces utilisateurs de préserver une certaine connaissance de leur langue maternelle en plus du finnois. Cette bibliothèque fait aussi office de lien vers le pays d’origine, on peut ainsi y lire un journal de son pays et suivre ce qui s’y passe sur Internet, avec la possibilité également d’y envoyer gratuitement des e-mails à domicile. Nous voici donc devant une application concrète de l’interculturalisme en plus du multiculturalisme. L’autre intérêt de cette communication est l’apologie faite à notre profession de bibliothécaire et qui se résume à cette petite réflexion de l’intervenante : « Knowledge is power, we work with knowledge, we are powerful » tout un symbole. La communication originale est accessible en cliquant sur ce lien, en attendant la traduction que je promets d’ici peu.

L’autre session à laquelle je me suis intéressée est la N° 149 organisée coinjointement par les sections « Technologie de l’information », « Catalogage », « Classification et Indexation » et « Gestion du savoir » et qui avait pour thème : Les bibliothèques et le Web sémantique. Nous avons eu droit à 6 communications sur cette problématique qui intéresse très sérieusement le monde des bibliothèques qui doit s’intégrer à l’environnement du Web, plus particulièrement à son évolution souhaitée à  savoir celui d’être un Web de données. Ce qui est apparu au cours de ces différentes communications, c’est que les bibliothèques sont très outillées pour ce Web sémantique. En effet nos données sont de haute qualité, produites par des humains (langage naturel) et sont persistantes. La condition pour publier des données sur le Web est de disposer d’ontologies, ce que les bibliothèques ont aussi compris, pour preuve celles qu’elles utilisent ou projettent de le faire : RDA Element Set, FOAF, FRBR, SKOS, Dublin Core, etc..

Lors de la session de clôture notre collègue du Burkina Faso et boursière du CFI, Kabou Kambou Kadio, a été distinguée du prix du meilleur poster du congrès, ce qui au-delà de la satisfaction personnelle de l’auteur, est aussi une fierté pour nous autres africains. Un exemple de sérieux, de professionnalisme et de créativité à souligner.

Mon impression est que ce congrès a été très bien organisé. Au point de vue personnel, j’ai apprécié de pouvoir renforcer ma présence au sein des comités permanents des deux sections qui m’intéressent et qui m’ont valu d’être parmi les « convenors » d’une prochaine session conjointe entre la section « Maîtrise de l’information » et le groupe d’intérêt particulier « Access to Information Network-Africa » (ATINA) à tenir pendant le congrès de Helsinki en 2012. Aussi, l’idée mienne de créer un groupe d’intérêt particulier sur les logiciels libres pour les bibliothèques a été bien accueilli par le comité permanent de la section « Technologie de l’information » qui a, d’ores et déjà, amorcé la réflexion sur cette question et dont je ferais part des évolutions dans cet espace.

Information Literacy Section: Standing committee meeting

J’ai apprécié tout aussi d’arborer le ruban des blogueurs officiels de l’IFLA et d’être l’un des nombreux relais de ce qui s’est réellement passé à Göteborg. Justement parmi les bonnes choses vécues à Göteborg, comment ne pas souligner les différentes manifestations festives dont les « IFLA Night Spot », la soirée dansante du Vendredi 13 (c’était une séance  de danse très endiablée 🙂 ), le dîner des boursiers du CFI, l’atmosphère culturellement vivante de la ville, etc. et qui ont été autant de moments d’émotion et souvent de communion entre collègues.

Adjö Göteborg

Hello Puerto Rico

Sweden needs a national library policy

Share

N° 54 – Echos de Göteborg : dans le vif du sujet 1

La note d’espoir quant à un congrès prometteur en terme de succès se confirme avec les deux jours suivants et qui ont été marqués, pour le mercredi 11 août, par la cérémonie officielle d’ouverture du Congrès relayée sur mon compte Twitter (#ifla2010). Le comité local d’organisation suédois a parfaitement réussi le coup de cette grand-messe ou trois sermons de haute facture, nous ont été tour à tour servis par Agneta Olsson, Ellen R. Tise, Jan Eliasson respectivement Présidente du Comité national d’organisation suédois, Présidente de l’IFLA et Ancien Président de la 60ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies. Cette session grandiose par le nombre de délégués présents, par les discours pertinents des intervenants a connu une apothéose sous forme de show parodique du mythique groupe suédois « ABBA » et qui a réveillé les ardeurs « seventies et eighties » de certains congressistes.

A la fin de cette cérémonie d’ouverture, les sessions organisées par les sections ont pris le relais et je me suis naturellement intéressé à celle organisée conjointement par les sections « Information Literacy » et « Reference and Information Services » dont le slogan était : « N’attendez pas qu’on vous demande – vers le renseignement de prochaine génération et maîtrise de l’information« . Cinq communications, au contenu à majorité pratique, s’appuyant sur des actions professionnelles vécues, ont hissé cette session à un niveau de débat professionnel très élevé. les textes des communications sont accessibles sur le site des traductions de l’AIFBD.

Un des faits marquants d’un congrès de l’IFLA est l’espace « Exposition », où des exposants (éditeurs, fabricants, institutions, etc., œuvrant dans le secteur des bibliothèques et disciplines connexes) animent des stands et présentent les nouvelles évolutions technologiques intéressant notre secteur d’activité. Cet espace a été officiellement ouvert ce 11 août, ainsi que l’espace « Posters », constitué d’affiches sélectionnées, généralement axés sur des projets et réalisations bibliothéconomiques qui se voient ainsi vulgarisés. Chaque année est désigné un lauréat du meilleur poster.

La journée du 11 août s’est achevée pour moi par la traditionnelle réunion et dîner des boursiers organisés par le Comité Français IFLA (CFI). L’occasion a été saisie pour accueillir les nouveaux boursiers, exposer sur les missions actuelles et futures du CFI entre autres.

Hier jeudi 12 août, la session 86 organisée par les sections  » Social Science Libraries » et « Information Literacy » ont eu toute mon attention. Cette session avait comme slogan : « Faire que cela compte, maîtrise des données en sciences sociales » où 6 communications ont été faites et portant généralement sur l’utilisation et l’analyse des données statistiques dans les bibliothèques.

J’ai suivi aussi une présentation sur le CS Library une solution « Bibliothèque 2.0 » indépendante et Open source. Je projette de faire un billet spécial sur cet outil qui propose des fonctionnalités intéressantes qu’il ne serait pas superflues de découvrir. Pour le moment je signale la page Facebook du produit qui permettra dès à présent d’en savoir un peu plus.

Trois journées de congrès déjà achevées et aucun couac majeur décelé pour le moment. Il faut vraiment souligner ce fait et tirer bas le chapeau à cette magnifique organisation, où la signalisation est parfaite (donc aucun moyen de se perdre dans ce labyrinthe), les volontaires toujours disponibles pour aider, les postes informatiques à profusion et une connexion Wi-Fi gratuite, des espaces-détentes nombreux et tranquilles, des collations et buffets à profusion quand ils sont de mise, etc.. Aussi, suis-je tenté de dire, « Vraiment les suédois savent recevoir« 

N° 53 – Echos de Göteborg : un congrès qui promet 1

C’est sous le soleil (une vraie éclaircie-miracle dans la grisaille froide qui m’a accueilli à Göteborg) qu’a débuté ce 76e Congrès et Assemblée générale de l’IFLA. Autant dire que les organismes tropicaux sont soumis à rude épreuve avec ce changement brusque dans l’échelle des températures. Mais les différents documents reçus et relatifs au programme de ce congrès, prévoient plusieurs occasions de s’échauffer et de se réchauffer, sans compter l’usage intempestif qu’il est prévu de faire du Sauna, cette autre particularité purement scandinave.

Concernant le Congrès proprement dit, une innovation m’a profondément plu avec l’initiative d’officialiser encore plus le « Blogging » effectué au cours de la manifestation. A l’initiative du New Professionals Special  Interest Group qui a créé un espace de blog collectif avec WordPress, avec un pool de 16 rédacteurs, dont l’auteur de cet article. Dans ce même prolongement, tous les biblioblogueurs du congrès ont droit à un ruban spécial distinctif sur leur badge de délégué et enfin la possibilité d’ajouter le logo de « IFLA Blogger » sur leur blog personnel. Quoi de plus pour être heureux suis-je tenté de dire.

En attendant l’ouverture officielle du Congrès ce 11 août, hier  10 août était réservé aux réunions des comités permanents des sections, l’occasion qu’il ne fallait pas manquer pour être au cœur du dispositif d’actions de l’IFLA. C’est l’un des moments importants de tout boursier du CFI et je n’ai pas dérogé à la règle bien au contraire. Et c’est tout naturellement que j’ai participé respectivement aux sessions de mes deux sections favorites : Technologie de l’information (Information Technology) et Maîtrise de l’information (Information Literacy). Ces premières réunions de comités permanents présentent la plupart du temps un ordre du jour identique, mis à part quelques points toujours particuliers à chaque comité.

Ainsi pour la section IT je tiens à souligner la part particulière accordée : à la promotion de l’usage des logiciels libres dans les bibliothèques, à la réflexion sur l’appropriation des concepts Web sémantique et Linked Data et le développement d’applications mobiles dans l’univers bibliothéconomique. Je reviendrai plus en détail au moment de relater les prochaines sessions et les présentations qui seront faites autour de ces questions.

Pour la section IL, il nous a été présenté un compte-rendu de la satellite tenue les 08 et 09 août qui a présenté 39 communications avec 17 pays représentés, un compendium de cette manifestation est disponible sur le blog qui lui est dédié. L’autre grand moment a été la présentation du programme UNESCO/IFAP (PIPT en français) qui a suscité l’intérêt du comité permanent de part la pertinence de sa mission qui rejoint foncièrement la vision de la section. Enfin l’autre fait important a trait à la présentation des communications choisies pour la session 74 organisée conjointement avec la section « Référence et Services d’information » et dont j’ai fait partie du comité d’évaluation des résumés desdites communications. Un compte-rendu de cette session est prévu dans cet espace prochainement.

Cette journée inaugurale, qui a d’ailleurs débuté par une surprise personnelle de taille (qu’aime bien faire une certaine bibliothécaire « scénariste » varsovienne) s’est terminée par la rencontre du Caucus francophone qui regroupe tous les délégués parlant cette langue. Et qui a été l’occasion de nous fournir un certain nombre d’informations importantes, nécessaires pour mieux comprendre ce Congrès 2010 et réussir notre participation.

Mon sentiment après cette journée est que ce Congrès 2010 débute sous de bons auspices et promet un enrichissement professionnel certain et en ajoutant au programme certaines festivités comme le premier IFLA Night Spot d’hier, il y a des raisons d’espérer que l’ennui ne sera pas de la partie.