N° 86 – BiblYonthéconomie 2014 : dans le vif du sujet Réponse

Ce dimanche 17 aIMG_2148[1]out est marqué par le départ réel du semi-marathon qu’est le congrès de l’IFLA, non pas que je veuille sous-estimer les rencontres formelles et restreintes qui ont marqué le jour d’avant (réunions des comités permanents de section notamment), mais parce que la séance officielle d’ouverture a eu lieu ce « jour du soleil » pour reprendre le terme anglophone qui désigne le dimanche. Une grand-messe laïque dont la leçon inaugurale offerte à nous par le philosophe français Bernard Stiegler fut tout simplement sublime. Traitant du « Futur de la lecture et des bibliothèques à  l’heure du World Wide Web », la profondeur de son analyse, la hauteur de son discours et la largeur des illustrations utilisées ont parfaitement épousé les contours tridimensionnels de la communication déjà perceptibles dans les trois idées motrices de l’intitulé (Lecture-Bibliothèques-Web). Je ne prétends pas d’essayer de résumer la totalité de son intervention, mais seulement partager une toute petite chose que j’ai retenue de son argumentaire et ayant trait à une nécessaire transformation du Web actuel en un Web herméneutique où des annotations seront possibles et se feront par les bibliothèques, comme elles les permettent déjà dans le monde analogique. Un Web ou sera de mise la lecture hybride, le partage des notes de lecture via un protocole de réseau social. Je passe sur les jeux de mots subtils qui ont aussi participé à me le rendre captivant dont voici quelques morceaux choisis : l’allusion faite aux frères Lumière (cinéma) en invoquant les « Lumières numériques » qui sont attendues par les créateurs et militants du Web ; le bal des « nombres » comme des « ombres » dans le sérail informatique, etc. Ajoutons-y les concepts de haute portée philosophique que sont la « néguentropie » ou la « transindividuation« , le tout mariné à la sauce bibliothéconomique, produisant ainsi un cocktail de saveurs intellectuelles dont on se délecta assurément.

Malheureusement, j’ai dû quitter avant terme le grand amphithéâtre, théâtre de ce show de la Pensée pour déférer à ma tâche de traducteur pour l’IFLA Express, le journal multilingue du congrès. Ensuite cap sur la réunion 1 du comité permanent de la section « Afrique » marquée par une assistance record, preuve que la cause bibliothéconomique semble prise encore plus au sérieux au niveau du continent africain. J’ose espérer que cela n’est pas un épiphénomène, sinon ce serait vraiment désolant à une année du congrès prévu au Cap en Afrique du sud, congrès qui devra être l’occasion de consolider le sentiment d’enthousiasme général que j’ai remarqué et que je n’avais jamais vu en 5 participations.

La journée s’est achevée par ma visite de l’exposition-explication du projet Ideas-Box lancé par « Bibliothèques sans frontières » en faveur des populations réfugiées du Burundi (première phase). Une géniale initiative qui permet à des populations complètement déconnectées des sources de connaissance de pouvoir accéder a cette dernière par un procédé de « bibliothèque portable », composée de livres imprimés, électroniques, de matériel ludique et didactique et d’appareils connectables  à Internet. Un surplus d’informations peut être obtenu sur le site du projet.

IMAG0151IMAG0153IMAG0155IMAG0157

Le Lundi fut d’un réveil très matinal pour aller participer à la réunion du Groupe d’intérêt particulier ATINA/RAIA (Access To Information Network in Arica / Réseau d’Accès à l’information en Afrique) parrainé par la Section « Afrique ». Là aussi un enthousiasme réel s’est manifesté vu le nombre de participants et les engagements pris par la majorité des collègues pour assurer la durabilité et pérennité de ce groupe qui connait une relative léthargie depuis la retraite de son initiateur et animateur en 2012. L’organisateur de la réunion, à ce moment du congrès, a certainement été bien inspiré parce qu’elle coïncidait avec la Déclaration de Lyon sur l’accès à l’information et au développement qui se faisait officiellement lors de la deuxième séance plénière du congrès. L’opportunité de cette déclaration a été saisie pour penser à repositionner le Groupe d’intérêt et lui faire jouer un rôle encore plus palpable et plus visible dans ce vaste projet relatif à l’accès à l’information pour le développement.

IMG_2150[1]

La suite fut marquée par un saut dans le bain de la session 86 organisée par la section « Catalogage » en collaboration avec le « Programme stratégique sur la Bibliographie, la Classification & Indexation et UNIMARC ». Un plongeon dans le bassin de mes premières et toujours amours professionnelles à savoir le Catalogage et la Description bibliographique. Une session constituée de sept (7) présentations de très haute facture sur les développements récents en la matière. Il a été ainsi question de modélisation (FRBR, FRAD), de Web sémantique, de données liées (Linked Data), de contrôle bibliographique universel (CBU), d’ontologies, etc., un certain nombre de notions constitutifs d’une prochaine communication que je devrai présenter, mais cela est une autre histoire… à raconter peut-être .

N° 85 – BiblYonthéconomie 2014 : prémices d’une conférence confluente Réponse

lyon2014C’est bel et bien parti pour le 80e congrès mondial de l’IFLA qui se déroule a la confluence du Rhône et de la Saône d’où s’inspire le thème choisi pour cette année, c’est-à-dire : « Bibliothèques, citoyenneté, société : une confluence vers la connaissance ». Un congrès qui est parti pour un battre un certain nombre de records en termes de participation et de propositions de communications reçues notamment, comme l’a affirmé Pascal Sanz Président du Comité d’organisation et par ailleurs président du Comité français international bibliothèques et documentation (Cfibd) qui a octroyé pas moins de 25 bourses a des délégués francophones non français. J’ai l’honneur de faire partie de cette cuvée 2014 remarquable en nombre (la aussi un record) et sans doute en qualité, M. Sanz intervenait lors du Caucus regroupant les pays d’Afrique, d’Océanie, d’Asie, des Caraïbes et d’Amérique latine. Une rencontre formelle où tour à tour, chaque section de cet espace géographique cité fait un bref rapport de ces activités de l’année en cours et renseigne sur les perspectives et projets à venir. Tribune mise à profit pour d’autres d’informer aussi sur des activités menées au niveau national voire local. Cette session qui fut la première à laquelle j’ai participé a été suivie par celle regroupant tous les francophones avec le même souci de rendre compte des activités et projets menés par certaines entités francophones du sérail bibliothéconomique, telles que : l’AIFBD, le Cfibd, le Réseau francophone numérique, le centre francophone de l’IFLA de Dakar, Bibliothèques sans frontières, etc. Cette rencontre est aussi mise a profit pour présenter les collègues francophones qui assurent des fonctions officielles dans les sections (Présidence, secrétariat, coordination de l’information) qui sont autant de points d’appui pour aider à comprendre le fonctionnement des sections pour ceux qui seraient intéressés a intégrer l’une d’entre elles.

Ce fut une demi-journée assez riche en informations glanées et surtout en contacts professionnels nouveaux, mais aussi anciens par les retrouvailles avec des collègues déjà connus ou/et avec qui je collabore a l’international. Cependant, dû à des problèmes d’ordre logistique (transport) je n’ai malheureusement pas eu la possibilité d’assister à la première réunion du comité permanent de ma section « Maitrise de l’information » qui vient de clôturer une conférence satellite organisée a Limerick en Irlande, à laquelle j’ai modestement contribué, notamment en ayant évalué pas moins de 30 propositions de communications qui devaient y être présentées. Dans la même veine j’ai aussi dû manquer la réunion du comité permanent de la section « Afrique ». Ces deux sessions se déroulaient en début d’après-midi à l’heure où j’arrivais à notre lieu de résidence à Lyon.

lyo_palaisVoilà en quelques mots le vécu de ce premier contact avec le centre des congrès de Lyon, ville que je retrouve avec plaisir après mon passage à l’ENSSIB d’il y a 3 ans ou j’étais invité par la « Mission Relations Internationales » (merci Raphaëlle) à venir faire une présentation devant des élèves conservateurs de l’école. A l’époque j’avais apprécié la beauté et le charme de la ville qui est le point de convergence de deux cours d’eau, ce qui en fait naturellement à partir d’aujourd’hui et pour une semaine, celui des meilleurs diffuseurs de la connaissance, c’est-à-dire ceux qui mettent en scène au jour le jour et sur des prosceniums en forme de travées ou d’écrans, les objets du savoir indispensables au public de la Cité.