N° 35 – Greenstone, logiciel de bibliothèques numériques 3

J’ai toujours eu envie d’écrire un billet sur la gestion des documents numériques. L’occasion se présente suite à l’atelier de formation sur l’utilisation du logiciel Greenstone dédié à la création de collections électroniques, organisé conjointement par l’IRD, l’ASBAD, le COBESS (Consortium des bibliothèques de l’enseignement supérieur du Sénégal) et l’EBAD. Animée par M. Pier Luigi Rossi, cette manifestation, tenue les 5 et 6 février 2009 à Dakar, a pu permettre à une trentaine de collègues nationaux de renforcer leurs capacités professionnelles en se familiarisant avec cet outil, à tout point de vue, remarquable. Je trouve un autre leitmotiv à parler de Greenstone, parce que cela me permet d’être toujours dans la logique de promotion des logiciels libres que je trouve salutaires (et je ne dirai jamais assez) pour tous ceux qui ont des budgets modiques et qui ont envie de toujours demeurer dans les wagons des TIC, fussent-ils les « derniers ».

Que dire de cet outil libre et gratuit produit par le New Zealand Digital Library Project à l’Université de Waikato développé distribué par l’UNESCO et l’ONG Human info ?

Beaucoup de choses qui ont trait à ces performances remarquables et… remarqués par ceux qui ont eu  à travailler avec. Une visite du site dédié aux utilisateurs francophones permettra de connaître tout ce qui tourne autour de l’outil plus et mieux que ne pourrai le faire.

Mon propos s’oriente plus vers les enjeux de notre utilisation de Greenstone, en ce sens qu’il peut nous permettre de satisfaire un souhait qui est celui de renforcer la présence de  nos contenus documentaires sur le Web. Cela est d’autant plus possible que l’investissement financier pour un tel projet se trouve amoindri, eu égard à la gratuité de Greenstone. Hormis les frais d’acquisition d’un serveur, d’hébergement de la collection numérique, rien d’onéreux ne viendra alourdir la facture, mis à part peut-être à part les coûts d’électricité (rien d’extraordinaire que nous ne sachions faire 🙂 ). Pensons aussi et surtout, au gigantesque réseau de données numériques national qui peut résulter de l’agrégation de bibliothèques électroniques locales (Universités, Instituts de recherche, institutions de service public, etc.). Peut-être que pourrions-nous nous inspirer du Réseau francophone des bibliothèques nationales numériques.

Je voudrai aussi préciser que Greenstone ne s’occupe pas de numérisation de documents, son rôle est de rassembler des documents déjà numérisés (par scanner) ou natifs (déjà sur support numérique) pour en faire des collections et les diffuser. Ce qui veut dire qu’on peut se passer de numérisation si on peut acquérir les versions électroniques des documents à traiter (par exemple pour une bibliothèque universitaire il est impératif de réclamer les versions électroniques des mémoires et thèses au moment du dépôt des versions en papier, pour éviter à cette bibliothèque de recourir à une éventuelle et coûteuse numérisation ultérieure).

Voici enfin une présentation montrant la démarche de création d’une collection électronique avec Greenstone, réalisée pour les collègues de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal).

Vous pouvez accéder à la version originale de la présentation pour une meilleure lisibilité.

Et plus de liens sur le sujet notamment, le guide d’utilisation et le guide du développeur de Greenstone.

Une petite explication du choix de cette nouvelle image d’entête. Il s’agit de greniers sur pilotis jouxtant l’île de Fadiouth au Sénégal (visible sur Google Earth 🙂), en hommage à toutes les générations de travailleurs de la terre dont la sueur a nourri les plus grands scientifiques.


Creative Commons License
Ce document est mis en ligne sous Licence Creative Commons.

Publicités

N° 34 – Naviguer avec Firefox : un plaisir pour moi bibliothécaire 2

Je voulais depuis longtemps partager avec vous, chers « co-religionnaires » en profession et autres sympathisants, ma passion du navigateur Firefox. Vous savez, ce bijou de la fondation Mozilla, dont je suis si accroc qu’il m’est impensable de vivre le Web sans le panda rouge pour me mener à tous ses ports. Dans la grande famille du libre et gratuit, il est un des outils les mieux entretenus, raison pour laquelle il offre des fonctionnalités couvrant à peu près tous les besoins de tout internaute qui sait l’utiliser. Reposant sur le noyau de base (version native du navigateur) il peut être personnalisé, selon ses propres besoins,  en utilisant une centaine d’extensions. Ce sont quelques-unes de ces extensions que je me propose de vous présenter spécialement celles qui peuvent présenter un intérêt non négligeable pour un chercheur d’information.

Avant toute chose, il faut que vous téléchargiez Firefox pour pouvoir l’utiliser, ensuite l’installation des extensions est un jeu d’enfant, il suffit de les télécharger à leur tour et de redémarrer Firefox pour qu’elles soient prêtes à l’utilisation et vous facilitent la vie sur le Web 🙂

L’essentiel de notre travail (en information-documentation) est la gestion de l’information (recherche, présentation, structuration, etc.), en utilisant les 04 extensions suivantes vous apprécierez un peu plus quelques facettes du processus de la gestion informationnelle.

  • OutWit Hub : avec cet outil vous pouvez trouver, saisir et organiser toutes sortes de données et médias provenant de sources en ligne. Explorez le contenu de pages Web ou des résultats de moteurs de recherche pour extraire des contacts, des liens, des images, des données textuelles (Word ou PDF), des nouvelles d’actualité, etc.. En effet avec cet outil vous pouvez, par exemple, extraire et enregistrer uniquement les documents PDF ou Word se trouvant dans les différents sites et pages Web affichés par un moteur de recherche et faire ainsi l’économie de consulter une longue liste de résultats sur plusieurs pages’ Vous pouvez télécharger OutWit et pour comprendre son utilisation, voir le tutoriel ci-dessous qui explique comment utiliser OutWit Hub.

  • Ubiquity : La première version, encore à l’état de prototype, a été mise en ligne en août 2008. Elle a pour but de réduire les interactions entre l’utilisateur et son navigateur, grâce à une collection de commandes rapides et faciles en langage quasi-naturel (source Wikipedia), voir la suite et la façon dont l’outil s’installe et fonctionne

  • Hyperwords : sans doute l’une des meilleures extensions de Firefox pour ce qui est de la recherche d’informations. Avec Hyperwords vous pouvez choisir n’importe quel mot sur n’importe quelle page Web et faire des choses utiles comme : faire de la recherche sur ce mot, le définir, le traduire, etc.. Après l’avoir installé, il vous suffit de sélectionner (avec votre curseur) un mot sur une page Web en cours pour voir apparaître un menu contextuel avec lequel vous pouvez presque tout faire avec ce mot. Tout simplement magique et l’essayer c’est ne plus s’en passer. A télécharger ici et voir le film suivant  qui présente ses fonctionnalités :

  • Zotero : pour construire des références bibliographiques sans bourse délier (ce qui n’est pas le cas pour Refworks ou Endnote). Voici le logiciel bibliographique libre et facile à utiliser pour vous aider à rassembler, contrôler, et citer vos sources de recherches. Consultez le guide de démarrage rapide pour apprendre à l’apprivoiser, ou encore regarder la démo ci-dessous.

Il existe d’autres extensions utiles à des gestionnaires de l’information, comme Downloadhelper pour captuere et convertir des vidéos et images, Foxlingo pour traduire tous types de documents (pages Web, documents textuels, mots, …) etc. Ils peuvent être découverts à condition de s’intéresser à l’environnement de Firefox et en étant conscient qu’il y a une vie après Internet Explorer, l’ogre de Microsoft.

Une fois que vous avez installé Firefox et lancé le navigateur, amusez-vous à sélectionner n’importe quel mot d’une page Web en cours et cliquez dessus avec le bouton droit de votre souris, vous aurez droit à un menu contextuel où figurent les extensions que vous avez installées, libre à vous de donner le traitement voulu au mot sélectionné selon les fonctionnalités de l’extension choisie. Un vrai outil donc, pour qui veut se faire plaisir.

Bonne navigation.

Creative Commons License

Ce document est mis en ligne sous Licence Creative Commons

N° 05 – Open source : suite et fin Réponse

La semaine dernière je vous ai présenté quelques ressources libres et donné quelques indications sur comment aborder la prise en compte éventuelle de ces ressources. Mon propos d’aujourd’hui se veut être complémentaire, par la présentation d’autres logiciels susceptibles de nous intéresser. Pour les SIGB, deux applications retiennent mon attention, il s’agit de Evergreen et de PMB.

  • Evergreen : il est adopté par un nombre assez important de bibliothèques et dispose d’un staff de développeurs compétents. Il dispose d’un wiki qui lui est dédié où peuvent ête retrouvées beaucoup d’informations relatives à son fonctionnement et développement. Une version démonstration en ligne du catalogue est disponible ici. Il est avec Koha (dont la version 3.0 en anglais est disponible) l’un des logiciels préconisé par eIFL-FOSS.
  • PMB : sans doute le plus connu des deux parce qu’étant déjà utilisé par des bibliothèques sénégalaises. Ce qui est intéressant avec ce logiciel, c’est la prise en charge d’applications Web 2.0 dans sa version 3. En effet ce SIGB qui en est à la version 3.1 (novembre 2007) propose un OPAC social depuis la version 3.0 (possibilité de laisser des avis, tags, des mots-clefs sur les notices et pouvant être gérés par le bibliothécaire dans le module catalogue). En outre un Plugin proposant une interface entre SPIP (CMS libre) et PMB est disponible voir les détails ici. Le conseil que je donne est de faire appel à votre « informaticien-maison » pour vous aider à mieux comprendre les mécanismes de mise en oeuvre de ces fonctionnalités (migration vers une nouvelle version, adoption de plugin, etc.) pour en tirer le meilleur profit au besoin.

Cette association entre PMB et SPIP montre l’importance des outils que sont les CMS, notamment dans la création de sites web dynamiques et l’utilisation que nous pouvons en faire dans un environnement d’information documentaire. Ces CMS peuvent nous aider à améliorer nos sites, mais surtout nous faire prendre conscience que l’ère des sites web statiques et révolue et qu’en fin de compte savoir créer un site web ne se limite plus à uniquement maîtriser Frontpage ou Dreamweaver, mais aussi à pouvoir adjoindre à tout outil de création de site, des CMS pour « contôler » et « entretenir » celui-ci (le site web). Voici donc quelques uns de ces outils libres, liste loin d’être exhaustive.

  • SPIP : projet né en 2001 et traduit en une vingtaine de langues. On dénombre plus de 6000 sites web sous SPIP, une grande communauté d’utilisateurs qui implique une base de connaissances pouvant profiter à tout utilisateur ou futur utilisateur.
  • Joomla : CMS orienté Web 2.0 (inclusion des fonctionnalités suivantes : des flux RSS, des news, une version imprimable des pages, des blogs, des sondages, des recherches) dont la présentation donne des informations très complètes.
  • Drupal : CMS qui permet de créer une grande variété de sites Internet (blogs, sites Internet institutionnels, sites communautaires, sites d’informations, boutiques en ligne). Voir le site Drupalsites pour avoir un aperçu des différentes possibiltés offertes et surtout rejoindre la communauté d’utilisateurs du monde entier.

L’utilisation de tels outils peut être pertinente pour nous et porteuse de valeur ajoutée si elle se couple d’une connaissance de base (même théorique) des technologies informatiques sur lesquelles ils reposent (PHP, MySQL, Apache server, etc.). Des ressources pour se former sont disponibles en ligne, comme le site du CRDP de Bourgogne. Je vous conseille plus particulièrement ce lien pour installer un serveur Web étape par étape.

Pour finir mon propos, il faut savoir que tout ce qui est gratuit n’est pas Libre et tout ce qui est Libre n’est pas gratuit, cette confusion découle de la compréhension du terme « free » qui est utilisé en anglais pour les deux notions. D’où, actuellement, l’apellation consacrée et généralement admise de FOSS (free and open source software) pour désigner les logiciels libres et gratuits. Voir pour plus de précisions ce dernier lien

Semaine prochaine intrusion dans la baie des métadonnées