N° 82 – Comparatif de logiciels de dépôts institutionnels Réponse

L’UNESCO vient de publier un guide de comparaison des cinq logiciels de dépôt institutionnels les plus couramment utilisés que sont : Digital InstitutionalRep_comparisonCommons, Dspace, Eprints, Fedora et Islandora. Ce guide est un des éléments de la stratégie d’Accès ouvert de l’organisation.

Depuis 2000, un certain nombre de plateformes dédiées aux dépôts institutionnels ont été développées, chacune avec son propre ensemble d’avantages et de caractéristiques techniques. Ce guide aidera sûrement les gestionnaires de projets de dépôts et les dirigeants d’institutions dans leur choix de logiciel à utiliser. De même, ce guide permet aux bibliothécaires d’être vraiment autonomes en termes de possibilités de comparaison des plateformes, en mettant l’accent sur ​​les caractéristiques essentielles qui permettront de répondre à leurs besoins et ainsi faire de leur dépôt des réussites en la matière.

Les catégories de comparaison.

Onze catégories comparatives ont été choisies pour aider les pilotes de projet de dépôt institutionnel dans leur choix, en leur permettant notamment d’identifier les caractéristiques les plus importantes dans l’élaboration d’un programme de dépôt institutionnel réussi au sein de leur établissement. Ces catégories sont :

  • l’infrastructure : où sont énumérées les caractéristiques fondamentales des plateformes. La section concernant l’infrastructure englobe l’installation, l’hébergement et les options de support à la clientèle.
  • la conception en mode utilisateur : il s’agit de l’interface lecteur qui reflète l’image de marque institutionnelle ainsi que la façon dont le lecteur interagit avec le dépôt. Les formats personnalisables, les pages mobiles optimisés doivent permettre de garantir une expérience de navigation optimale (HTML 5,..)
  • le contrôle et l’organisation de contenu : les bibliothécaires intéressés par la façon dont chaque plateforme prend en charge le contenu, les contrôles d’accès, et la structure du dépôt trouveront dans cette catégorie des informations pertinentes. (Outils de visualisation PDF, Galerie d’images, Licences Creative Commons, etc.)
  • la découverte de contenu : concerne les principales caractéristiques qui augmentent la visibilité du contenu du dépôt (recherche avancée, par facettes, navigation graphique, géolocalisation, PURL, indexation dans Google Scholar, etc.)
  • les outils de publication : les bibliothécaires et les rédacteurs en évaluant des options d’édition pourront découvrir et comparer des outils nécessaires à la publication, tels que la revue par les pairs, l’importation par lots, les options de métadonnées et les flux de travail rédactionnels. Ceci dans le but de publier un savoir de haute qualité directement dans le dépôt (par exemple, dans le cas de soumission volontaire d’articles ou autres travaux par des auteurs)
  • les rapports: fournir un feedback aux administrateurs rédacteurs, auteurs et parties prenantes est un aspect crucial dans la mesure du succès d’un programme de dépôt institutionnel. Cette catégorie décrit les rapports disponibles sur chaque plateforme (statistiques, Google analytics, etc.)
  • le multimédia : une caractéristique moderne du dépôt, la catégorie Multimédia compare la façon dont chaque plateforme gère les images, la vidéo et les services de streaming qui ajoutent une plus grande profondeur aux collections (vidéo, audio, diaporama, etc.)
  • les caractéristiques sociales et notifications : s’appuyant sur la possibilité de découvrir et l’optimisation des moteurs de recherche, les caractéristiques sociales du dépôt favorisent une approche moderne d’engagement des lecteurs en fournissant des outils pour suivre, partager et mettre en favori une ressource savante dans le dépôt (utilisation des médias sociaux, des flux RSS, etc.)
  • l’interopérabilité : s’appuyant sur l’initiative des archives ouvertes-protocole de moissonnage de métadonnées (OAI-PMH), tout dépôt se construit dans un but de diffusion. La catégorie interopérabilité examine comment chaque plateforme s’intègre avec les services de recherche, les profils de chercheurs et d’autres dépôts hébergés sur la même plateforme installée.
  • l’authentification : bien que la majorité du contenu d’un dépôt soit en accès libre, les identifiants de connexion institutionnels demeurent un aspect important dans la façon dont les lecteurs et les chercheurs accèdent à des contenus à travers les systèmes informatiques du  campus et le dépôt (annuaire LDAP, Shibboleth, etc.)
  • l’accessibilité : la capacité d’offrir l’accès à un plus grand nombre de lecteurs et chercheurs possibles, y compris surtout ceux qui ont des handicaps, est un élément fondamental du dépôt. (Conformité aux modèles VPAT, à l’article 508 et les normes du gouvernement américain en matière d’accessibilité)
  • la préservation : la capacité de pouvoir préserver à long terme des ressources savantes numériques pour les générations futures est une donnée fondamentale à prendre en compte. Pouvoir rendre des contenus disponibles dans le futur même si les formats changent, permettre leur émulation et leur migration d’un format à un autre si nécessaire. (Sauvegarde de contenu, Export XML, Conformité avec LOCKSS, etc.)

Bien que le guide soit en anglais sa lecture est aisée même si vous n’êtes pas érudit dans la langue de Shakespeare. La subdivision en catégories, elles-mêmes présentant les éléments de comparaison sous forme de tableaux, rend très facile la compréhension des données.

Le guide est accessible ici ou en cliquant sur l’image illustrative en haut à droite. Bonne lecture !

N° 81 – Gestion de l’information et Développement au Sénégal 1

50 années se sont écoulées depuis que nos pays d’Afrique ont défait leurs liens politiques avec les puissances colonisatrices d’Europe. Un âge d’adulte qui, ramené à dimension humaine, est une station de la vie où tout individu a le désir d’avoir comme bilan d’étape, une réussite de sa vie à défaut de réussite dans la vie. A l’aube de ces indépendances politiques, le leitmotiv général était de faire de nos villes, nos capitales tout au moins, des cités comme celles d’Europe, sachant que ces villes principales (les capitales) sont un baromètre parfait pour mesurer l’état d’avancement général d’un pays. Nul besoin de trop s’épancher sur la situation, la réalité étant là pour en attester. Sommes-nous devenus comme des parisiens en 2013 ? – Non ! :)

Les causes de la stagnation ou du recul sont multiples, mais toujours est-il qu’elles ne peuvent être identifiées que dans le constat de l’inertie et l’inefficacité des structures et secteurs qui composent ce grand système qu’est l’Etat, dont les interactions  si elles sont bien huilées sont gage d’avancement et de développement.

Quel est la part de responsabilité des gestionnaires de l’information documentaire dans ce cas particulier du Sénégal ?

A mon humble avis, nous avons plus péché tout au long de notre histoire, par une relative passivité, non dans le désir d’être de bons professionnels, ni celui de vouloir bâtir un corps de métier fort et des lieux documentaires normativement fonctionnels, mais dans le combat du lobbying pour montrer à tous les gouvernements successifs, la position centrale qu’occupe l’accès à l’information et au savoir dans le processus de développement. Il faut toutefois reconnaître l’engagement militant de quelques anciens en ce sens, à qui il manquait sans doute un soutien quantitatif, eu égard au nombre assez limité de professionnels formés jusqu’à une certaine époque.

Quel est en effet le secteur de la vie étatique qui peut se passer d’une bonne gestion documentaire dont le maillon principal est sa dimension source de connaissances, impliquant aussi bien des sources externes et internes à l’Etat. Ces dernières étant par excellence le vivier sans lequel les actions d’aujourd’hui et celles de demain ne pourraient être efficientes ni efficaces. Avons-nous pour ce cas précis des structures archivistiques dignes de ce nom ? – Oui, notamment grâce à des générations de professionnels bien formés. Ces structures sont-elles valorisées ? – Non et c’est là où le bât blesse, là où la mémoire d’une nation mérite toute considération et valorisation, elle est tout simplement réduite à un statut de faire-valoir quand elle n’est pas tout simplement ignorée. Un statut sous-prioritaire aussi bien injuste qu’incompréhensible, quand on sait la place qu’a occupé ce pays dans l’histoire coloniale de l’Afrique et qu’il a durant plusieurs décennies abrité les archives de toute l’Afrique occidentale française, qu’il a abrité la première école de bibliothécaires et d’archivistes de l’Afrique francophone où a été formée la presque-totalité des professionnels des pays de cette zone linguistique du continent.

Devons-nous continuer à laisser-faire et perdurer ce statuquo absurde et incompréhensible, d’un pays sans bibliothèque nationale, avec un centre national de documentation scientifique et technique qui est en train de mourir de sa belle mort ? – Il ne faut surtout pas, car un pays sans mémoire est un pays sans identité et sans identité il est difficile de se réaliser et parce que pour réaliser il faut d’abord exister. Il est temps que nous nous projetions dans l’avenir, qui à l’échelle d’un pays se conjugue aussi dans le court terme.

Quel héritage laisserons-nous à nos petits frères et sœurs, nos fils et filles, nos petit-fils sur lequel ils pourront continuer à bâtir un pays qui les feraient s’épanouir et vivre comme les autres habitants des cités développées que nos pères avaient rêvées pour nous ? – Cet héritage ce sont des savoirs que nos anciens ont produit, que nos contemporains ont enrichis, que nos suivants amélioreront. Comme la lutte contre la déforestation qui aura pour finalité de continuer à fournir de l’ombre à la majorité de nos concitoyens, nous devons dès-à-présent redoubler d’efforts pour barrer la route à la désertification documentaire, en disant aux gouvernants qu’il n’est pas encore tard de collecter, par exemple, toute la documentation produite, à travers le monde, par des millions de cerveaux sénégalais et d’autres allogènes sur notre pays, d’identifier et de mailler tous les lieux documentaires du pays et de mettre en place des dispositifs fédérés d’accès à l’information comme le projet SIST en avait l’ambition, par exemple. C’est un impératif de mémoire pour les générations futures aiguillonnées qu’elles seront par des savoirs inspirants. Il ne s’agit nullement d’un combat au sens belliqueux du terme, défaut d’adversaire oblige, mais d’une exigence professionnelle envers nous-mêmes et un rappel de devoir pour un Etat qui se respecte en donnant à ses fils les moyens de se connaître et de renforcer leur identité patriotique. Réclamons une place dans les sphères de décision pour faire entendre une voix de raison, qui résonnera pour rappeler que l’ère de l’information est là, une ère du donner et du recevoir, ou le « donner » est aussi un indicateur du degré de respect dû à un Etat dans le vaste champ des Relations internationales. Descartes le disait si bien : « je pense donc je suis », les sénégalais sont aussi parce qu’ils pensent et cela depuis toujours, mais faudrait-il qu’eux-mêmes en aient conscience et le fassent savoir au monde.

La profession  « Infodoc » est un maillon du système étatique comme tous les autres segments qui siègent par exemple au Conseil économique et social, elle est aussi importante qu’une fonction culturelle dans une ambassade, en plus de pouvoir servir de relais de repérage de tous les brillants esprits de la diaspora qui ne rêvent pour la plupart que de partager leur production scientifique avec la mère-patrie. Ce sont autant d’exemples de pistes à explorer pour rétablir un ordre naturel qu’il est impensable de bouleverser dans des pays développés, c’est-à-dire placer la gestion de l’information et des connaissances au centre de tout processus de décision nationale et en faire un outil de souveraineté, donc identitaire. Une fois ce cap franchi, nous professionnels pourront ainsi démontrer nos aptitudes à relever ce défi ainsi posé, parce qu’en fin de compte tout est question de savoir-faire et de technicité et cela ne nous est pas étranger, bien au contraire.

Cependant pour arriver à des résultats probants en ce sens, il nous faut chasser le démon de la division qui dessert plus qu’elle ne nous sert. L’adage jamais démenti d’une union qui fait la force est toujours de mise et c’est le moment de poser des jalons pour réunir toutes les forces vives de profession « infodoc » du Sénégal, pour mener solidairement ce combat pour la valorisation de nos métiers et par ricochet le développement de notre patrie.

N° 80 – MyScienceWork, un réseau social pour la Science 2

Une fois n’est pas coutume, je me propose d’être le relais de MyScienceWork, une plateforme d’accès aux articles scientifiques et fonctionnant aussi comme un réseau social. Un exercice qui s’inscrit cependant en droite ligne de ce que ce blog a toujours fait, c’est-à-dire faire l’apologie du Web 2.0 sous toutes ses formes. Il est donc tout à fait naturel d’y intégrer une petite lucarne, reprenant pour l’essentiel un communiqué de presse du réseau et expliquant comment les chercheurs peuvent s’inscrire, consulter plus de 26 millions d’articles gratuitement et améliorer leur visibilité internationale pour trouver de nouveaux contacts et des annonces d’emplois scientifiques.

mysciencework_bandeau

MyScienceWork, start-up créée par une ancienne doctorante en biologie, lance une nouvelle version de votre réseau social professionnel dédié à la recherche.

1/ Collaborez, partagez

Rejoignez les 300 000 membres de notre communauté et les 30 000 chercheurs, doctorants et ingénieurs inscrits ces 3 derniers mois. Gagnez en visibilité en partageant vos articles, découvrez de nouvelles publications, engagez des discussions avec d’autres experts du domaine.

2/ Accédez gratuitement à 26 millions de publications scientifiques

La philosophie de MyScienceWork est de renforcer la diffusion des articles en open access. Accédez gratuitement à plus de 26 millions d’articles en accès libre et gratuits issus de Plos ONE, Pubmed, REPEC, HAL et bien d’autres sources.

3/ Renforcez votre réseau professionnel

Déposez votre CV sur un site professionnel dédié aux scientifiques en remplissant votre profil professionnel incluant votre bibliothèque personnelle de publications, les conférences auxquelles vous avez participées etc. MyScienceWork vous propose un grand nombre d’offres d’emploi internationales myscienceworkainsi que des événements scientifiques en rapport avec vos travaux.

4/ Nos avantages face à la concurrence

-Multidisciplinaire : MyScienceWork est un réseau social connectant biologistes, médecins, physiciens mais aussi des chercheurs en sciences humaines et sociales, des ingénieurs, des juristes etc
-International : Une interface en 7 langues et des articles disponibles en 101 langues ! Une ouverture totale vers l’accès libre aux connaissances scientifiques.
-Vulgarisation scientifique : News (français/anglais) est le média de votre actualité scientifique.

Découvrez des portraits de chercheurs, des événements et l’annonce des derniers résultats scientifiques. Contribuez en vulgarisant vos travaux qui seront relus par des journalistes et diffusés sur News. Suivez en continue les actualités du mouvement pour l’Open Access, pour une science accessible à tous, plus collaborative et plus transparente.

Voilà ! Il ne vous reste plus qu’à vous y inscrire comme moi, si vous êtes intéressé :)

N° 79 – Virée printanière sur les bords du Gudenå Réponse

newpub_logo En cette mi-Juin 2013, j’étais invité par le ministère danois des affaires étrangères, à assister à la conférence sur l’avenir de l’édition et l’accessibilité pour les déficients visuels et autres personnes empêchées de lire des livres imprimés, organisée par la Bibliothèque nationale danoise spécialisée dans la fourniture de services aux personnes victimes de ces handicaps et du Consortium DAISY (actif depuis 1996 dans l’action pour un égal accès à la connaissance et l’information pour tout le monde surtout les personnes empêchées de lire les imprimés). Deux jours de conférence, à Copenhague,  chapeautée par le ministère danois de la culture pour débattre des problèmes liés à l’accessibilité. Un moment bien choisi et fort opportun, parce qu’il s’est tenu à quelques jours de la "Conférence diplomatique pour la conclusion d’un traité visant à faciliter l’accès des déficients visuels et des personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés aux œuvres publiées", se tenant à Marrakech du 17 au 28 juin 2013, sous l’égide de l’OMPI.

Cette rencontre de Copenhague est intéressante, à plus d’un titre pour moi, tant cette question du point de vue documentaire et bibliothéconomique, est loin d’être prise en compte au Sénégal. L’occasion était donc de profiter de cette invitation, certes pour présenter (et représenter) la profession documentaire telle qu’elle se vit localement, mais plus pour apprendre et découvrir ce qui se fait dans des pays, qui depuis longtemps ont fait de cette question intéressant le handicap visuel, une préoccupation fut-elle mineure.

Le concept "information pour tous" est souvent très limitatif dans ses applications et tentatives d’application, car il ne prend pas toujours en compte les personnes victimes de handicap, qui sont très souvent "oubliées". Ce constat est flagrant pour mon pays (l’exemple que je connais le plus), pour preuve, il est difficile d’attester de l’existence de sections pour handicapés visuels dans les bibliothèques publiques et autres centre de lecture et d’animation culturelle, encore moins dans les bibliothèques universitaires. Hormis peut-être au sein de l’Institut National d’Education et de Formation des Jeunes Aveugles de Thiès (INEFJA) qui est le seul établissement spécialisé public du Sénégal, où l’on est en droit d’attendre ce type de service d’appui documentaire.

Les retours d’expériences reçus pendant ces deux jours, interpellent ma conscience d’acteur documentaire sur la nécessité de faire quelque chose, pour que la mission qui est nôtre, prenne une autre dimension qui soit en adéquation avec (1) la générosité qui est l’étoffe de notre métier et (2) l’extensivité de nos services aux usagers. Une tâche difficile certes, mais loin d’être impossible, il suffira avant tout d’acquérir ou développer des compétences professionnelles en adéquation avec  cet environnement d’usagers particuliers. Acquérir, puis gérer documentairement d’autres supports d’information, sous d’autres formats de type audio (Documents DAISY) ou tactile (Braille) ; des dispositifs matériels et/ou logiciels (lecteurs DAISY) permettant de lire des livres à la norme DAISY. Mais aussi proposer des catalogues adaptés pour que ces usagers puissent rechercher et identifier les documents voulus, exemple de La Bibliothèque Numérique Francophone Accessible, ou de la Bibliothèque Braille romande et livre parlé (Suisse). Une tâche qui nécessitera aussi la mobilisation de plusieurs entités, à commencer par les organisations représentatives de ces personnes handicapées, celle représentative des professionnels de l’information documentaire (ASBAD), etc., qui pourraient dans une conjugaison d’efforts, asseoir une bonne politique de lobbying pour influer sur les acteurs gouvernementaux ; aller à la recherche de potentiels partenaires ; conscientiser les responsables de la structure de formation professionnelle principale du pays (EBAD), sur la nécessité d’inclure dans ses curricula des modules pour l’acquisition de compétences idoines.

Pour revenir à la conférence proprement dite, le programme proposé atteste de la richesse des débats

et de la valeur des communicateurs, aussi kurzweilbien pour les séances plénières que pour les sessions spécifiques. Comment passer sous silence les interventions en plénière de Jimmy Wales, fondateur de Wikipédia ; de Ray Kurzweil directeur de l’ingénierie à Google ou encore de Michael Seadle, directeur de la prestigieuse Ecole de bibliothéconomie et Sciences de l’information de l’université Humboldt de Berlin. Mon intérêt a été plus marqué pour la présentation de Kurzweil qui, fidèle à ses théories futurologistes, prédit une hybridation prochaine entre intelligence artificielle et intelligence humaine. Tout un programme qu’il est difficile de relater fidèlement ici :) !

N° 78 – Mots sur la veille informationnelle, l’agrégation et la curation de contenus Réponse

Ce billet est le substitut d’un exercice plus vivant, et donc plus interactif, qui aurait dû se faire dans le cadre d’une séance d’échanges avec des étudiants en documentation. Une initiative que j’avais fortement voulu voir aboutir, dans le but de partager avec ces jeunes apprentis de la discipline Infodoc, des réalités professionnelles en cours, qu’il est important pour eux de pouvoir déjà mieux appréhender et d’avoir un peu plus de matière à faire valoir au seuil de leur entrée dans la vie active. Voici en substance ce que je disais dans la note introductive de cette conférence avortée pour cause d’indisponibilités dues au calendrier.

Titre : Veille informationnelle : agrégation et curation, autres tendances de la fonction Info-Doc

Note introductive

C’est une tautologie que d’affirmer l’ancrage du monde actuel dans la société de l’information, cette information qui est devenue, par la force des choses et depuis plusieurs années déjà, la matière première la plus universelle et la plus utilisée qui soit. La révolution numérique qui l’a rendue exponentielle, productivement parlant, en est aussi l’environnement de transformation, de diffusion et de partage sans lequel, toute tentative de sa gestion serait utopique. Aussi, faudrait-il donc avoir les moyens de maîtriser les sources de production des flux informationnels, savoir les filtrer pour recueillir l’information et les connaissances nécessaires et en faire l’usage adéquat. Une question qui interpelle particulièrement les acteurs des métiers de l’information documentaire classiques que sont la bibliothéconomie, la documentation et l’archivistique, tant leur activité se trouve ainsi résumée. Cette situation actuelle requiert de ces acteurs, et plus que jamais, une appropriation fonctionnelle de la réalité numérique. Une adaptation aux relents de métamorphoses qui définissent de nouveaux contours et entrelacs professionnels et élargissent les imaginaires de l’activité documentaire. En effet l’émergence de nouvelles manières d’agir et de penser concernant l’information présente sur les réseaux numériques, parmi lesquelles, l’autonomisation des internautes permise par le Web 2.0, et la multiplication de dispositifs logiciels permettant à ceux-ci de décrire, commenter, analyser, évaluer, critiquer les ressources documentaires du Web, rend vitale leur présence dans cet espace. Cette conférence se propose justement, d’exposer des pratiques du web devenues courantes et dont les professionnels que nous sommes, sont mieux outillés pour délivrer les meilleurs produits y résultant. Ces pratiques orientées vers le repérage, la capture et la diffusion de l’information peuvent être qualifiées de tendancielles, vu qu’au départ elles ne sont pas des tâches documentaires proprement dites, mais néanmoins en épousent parfaitement l’esprit et ouvrent des perspectives professionnelles, dont peuvent bénéficier aussi bien les professionnels en activité que ceux en devenir. Ma conviction est qu’une bonne maîtrise de ces pratiques, maintiendra et renforcera la place du professionnel de l’info-doc dans l’architecture fonctionnelle de son secteur d’activités et fournira aux futurs diplômés un surplus argumentatif en vue de leur insertion professionnelle.

Je partage donc ci-dessous la présentation qui était prévue à cet effet, mais sans les commentaires qui auraient mieux pu faire comprendre le fond de ma pensée sur ces fonctions et tendances de la fonction Infodoc. Ayant consacré beaucoup de temps et d’énergie à préparer cela, il m’est paru évident de la partager, d’autant plus que les pratiques et outils décrits et présentés ici connaissent une évolution continuelle. L’évitement du risque d’obsolescence est ainsi aussi une raison objective de vulgarisation de cette réflexion.

N° 77 – CollectiveAccess : un outil pour gérer des collections patrimoniales 2

Comme le suggère le titre de ce billet, mon but est de présenter le logiciel CollectiveAccess, qui est un outil est un "outil de catalogage et une application web pour les musées, les archives et les collections numériques". Il est développé par la société Whirl-i-Gig et est disponible gratuitement sous licence Opensource GPL. Pour une fois in ne sera pas nécessaire de trop s’épancher sur les fonctionnalités proposées par le logiciel tant le site qui lui est dédié en français est tout particulièrement exhaustif en la matière. Il suffit juste d’y accéder et découvrir déjà sur la page "A propos " ou "Découvrir" une description détaillée de l’application.

CAlogo

Je me permettrai seulement d’exprimer mon enthousiasme en découvrant cet outil (qui est là depuis un certain moment soit-dit en passant) qui établit un vrai pont entre gestion informatisée des objets muséographiques et informatique documentaire (archives surtout). Car si l’application répond bien à ce qu’il prétend être et pouvoir faire, cela voudrait simplement dire que le vœu pieux de rendre interopérable les standards de description muséographique à celle documentaire, se trouverait ainsi exaucé (enfin pour certains) et de la plus simple des manières. Il serait donc tout à fait possible d’avoir accès, sur et à partir  d’un même espace en ligne, à des contenus que rien, de par les nombreux standards de description qui leur sont propres, ne destinait à se côtoyer ainsi. Le "rêve parfait" de tout professionnel actif dans la valorisation des patrimoines documentaires et un outil de gestion à proposer dans tous les processus éducatifs relatifs à ce domaine. Car la valorisation des patrimoines documentaires ne saurait se passer du formidable médium qu’est le web, qui se nourrit lui-même des produits issus des applications métiers, tel que CollectiveAccess qui propose une interface Web de consultation. CollectiveAccess est ainsi composé actuellement de deux applications, une application centrale et de gestion des données appelée Providence (nécessaire pour créer une collection) et d’une application pour l’accès public web (optionnelle) appelée Pawtucket. Si vous désirez installer CollectiveAccess sur un serveur de production,  il vous faut installer ces deux applications séparément.

Sur mon installation locale de découverte, j’ai aimé la simplicité de la saisie des données grâce à un bordereau de saisie qui reprend, dans le libellé de ces champs, les éléments du Dublin Core. J’aime tout autant l’intégration des vedettes-matières de la Bibliothèque du Congrès (LCSH), proposées pendant l’indexation des documents et qui garantit une cohérence des termes dans le schéma général de l’indexation. Comment passer sous silence les options d’utilisation de GoogleMaps, GoogleEarth ou Geonames pour le géoréférencement et la localisation du lieu de conservation de l’objet ou du document ?

Pour cette installation en local (localhost), il est préférable de choisir l’option des packages QuickStart. "Ces packages incluent les prérequis basiques et une installation pré-configurée basée sur DublinCore. Ceci inclut à la fois Providence l’application de catalogage, Pawtucket l’interface de publication et XAMPP qui fait office de serveur Web. Téléchargez le package sur votre ordinateur, décompressez, copiez le dossier XAMPP sur votre votre disque dur C et ouvrez l’application « START COLLECTIVEACCESS » dans XAMPP et démarrez les services Apache et MySQL. Ensuite saisissez l’adresse http://localhost/providence sur votre navigateur et commencez à découvrir l’outil et saisir vos données (à cette étape un login et un mot de passe vous sont fournis pour démarrer). Simple comme Bonjour :) ! Toutefois, XAMPP utilisant le même que port que certaines applications comme Skype, vous ne pouvez le lancer que quand Skype est fermé, démarrez donc d’abord XAMPP et ses services Apache et MySQL avant de vous connecter à Skype.

Note : Les packages QuickStart sont destinés à l’évaluation en monoposte, pour un seul utilisateur. Si vous prévoyez d’utiliser CollectiveAccess pour un vrai projet, il est recommandé voire impératif d’installer les packages d’installation standard sur un serveur adéquat. 

Voir ci-dessous le petit tutoriel que j’ai élaboré expliquant l’installation et présentant certaines fonctionnalités.

N° 76 – ICADLA3 : baisse de rideau Réponse

BHL Session

BHL Session

 Nous voilà arrivés au terme de deux jours de  cogitations sur les bibliothèques et archives numériques en Afrique. Deux jours intensifs d’échanges qui ont vu se succéder des panélistes aux expériences diverses, aux parcours et réalisations professionnelles différentes, mais qui ont tous contribué à la richesse des débats et la floraison des idées nécessaires à l’épanouissement des dispositifs d’accès aux contenus déjà fonctionnels. Parmi ce florilège de discours et présentations, j’ai retenu plus particulièrement ceux tenus par les représentants de la Biodiversity Heritage Library (BHL) et de la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc.

Ils n’étaient pas moins de 06 représentants de la BHL à se succéder pour présenter cette œuvre ambitieuse de catalogage et diffusion en ligne de la faune et flore constitutive de notre bonne vielle planète terre. Ce consortium de bibliothèques d’histoire naturelle et de botanique, qui depuis 2005 coopèrent pour numériser le patrimoine littéraire sur la biodiversité présente dans leurs collections, a réussi cette ambition en partenariat avec l’Internet Archive. La documentation ainsi produite est disponible en accès libre. Ces 06 représentations de BHL en sont autant de déclinaisons géographiques, nativement et historiquement située à la fois aux USA (08 institutions) et en grande Bretagne (02 institutions) qui en sont les fondateurs, et actuellement présente en Chine, au Brésil, en Australie et en Afrique tout dernièrement depuis avril 2013. Il a été tout à fait intéressant de découvrir les différents portails créés au niveau de ces différentes réalités géographiques et donnant accès à la connaissance des diverses formes connues du vivant sur terre. A côté de celles-ci figure l’Encyclopedia of life dont la BHL constitue la pierre angulaire. Du point de vue technologique j’ai été principalement intéressé par l’outil de gestion de collection de métadonnées MACAW développé et utilisé par les bibliothèques du Simthonian Institution de Washington.

J’ai tout autant apprécié l’intervention éloquente et passionnée du directeur de la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc, qui avec verve a exposé sur les réalisations et progrès accomplis par sa structure en terme de numérisation du fonds patrimonial national et de sa mise en ligne, mais aussi ceux accomplis dans l’acquisition de compétences en restauration de manuscrits, qui fait que ce pays dispose maintenant de professionnels aguerris en la matière, permettant ainsi au Maroc de pouvoir préserver ses manuscrits, voire proposer son assistance à toute autre nation qui en exprimerait le besoin en Afrique noire par exemple.

Concernant les sessions parallèles qui étaient au nombre de trois, je ne peux écrire que sur la session qui m’a concerné (désolé, défaut de don d’ubiquité :) ), session qui concernait les expériences institutionnelles, où nous étions quatre "mousquetaires" à vouloir épater, à tour de rôle, l’auditoire par nos différentes réalisations en terme de mise à disposition de contenus numériques en ligne. Voire à ce propos mes slides en fin d’article.

Enfin je finis par les "breakout sessions" qui étaient aussi au nombre de trois et dont le but était de réfléchir sur le présent et le futur d’ICADLA qui en est à sa 4ème année d’existence. L’exercice de réflexion sur les possibles orientations futures de l’organisation et surtout la pérennisation de son action, a produit des éléments dont la prise en compte pourrait aider à accomplir bien des vœux.

Une chose est cependant sûre, pour qu’ICADLA se pérennise il faut que la mise en ligne de contenus africains aille grandissant et qu’il y ait à chaque fois beaucoup de pratiques et réalisations à partager et que cela vienne de toutes les régions géographiques du continent, sans limite linguistique aussi bien du point de vue des participants que des portails et contenus présentés. Personnellement, j’aurai bien aimé rencontrer des participants lusophones, hispanophones,… découvrir des bibliothèques numériques en Swahili, Amharique, Xhosa, Wolof, etc. à l’exemple du projet ASK-DL de l’Université de Harvard. Celles qui existent n’ont pas la visibilité souhaitée parce que n’ayant pas d’espace de vulgarisation pour se faire connaître. Ce qu’ICADLA pourrait bien être et devrait être : rendre réelle une diversité culturelle africaine…numérique, passage obligé aussi pour une résorption graduelle du fossé numérique.

N° 75 – Des bibliothèques numériques en Afrique Réponse

alakhaywaynLa 3ème Conférence sur les bibliothèques numériques et archives africaines ICADLA3 se tient cette année au Maroc, plus précisément dans les locaux de la magnifique Université Al Akhawayn. Dans l’Atlas marocain où est située la ville d’Ifrane qui abrite cette université, des praticiens, et autres spécialistes de la production et de la misE en ligne de contenus numériques sont appelés à échanger leurs idées, leurs réalisations, leurs visions de ce que devrait être l’avenir des dispositifs d’accès à la documentation numérique en Afrique. Tel est résumé le credo d’ICADLA, qui avec ce cadre de réflexion et d’échanges intra-africain, vient quelque part combler un vide immense en la matière, c’est-à-dire une absence de contacts réguliers qui n’est pas pour favoriser les développements de projets africains, perpétuant ainsi l’enlisement du continent noir à la périphérie des "normalités" numériques depuis longtemps éprouvées dans les autres continents. Je suis donc ici pour partager une expérience institutionnelle, mais aussi rencontrer des acteurs avérés, provenant des différentes régions géographiques d’Afrique et d’autre parties du monde, un total de 26 pays représentés dont 16 africains. En attendant d’exposer ultérieurement les détails des activités de la conférence, je partage les motivations qui m’ont poussé à proposer une communication dans ce cadre et qui sont exposées dans le résumé que voici :

Il est maintenant établi que la mise à disposition et l’accès à des contenus numériques sont une réalité palpable de nos jours, à tel point qu’il paraît exceptionnel d’être en dehors de ce mouvement embrassant toutes les zones géographiques de la planète. L’Afrique, pour une fois, n’échappe pas à cela tant les exemples de bibliothèques numériques y "foisonnent" même s’il y a beaucoup à redire sur la fonctionnalité et la pérennité de certains dispositifs. Car construire une bibliothèque numérique est une chose, la maintenir et la rendre disponible en ligne en est une toute autre. Dans un contexte de pauvreté économique où les priorités semblent être ailleurs, il est tout à fait facile de comprendre de pareils dysfonctionnements qui cependant, n’enlèvent en rien le mérite des acteurs africains qui se sont lancés dans ces entreprises dantesques, souvent avec le soutien de partenaires de pays plus nantis. Cette coopération se matérialise à plusieurs niveaux : assistance technique à la numérisation, formation à la maîtrise logicielle, hébergement des collections, etc. A cela s’ajoute une disponibilité de logiciels libres qui n’attendent que d’être découverts et maîtrisés pour mettre en place ces bibliothèques numériques. Mon propos au travers de cette communication est de partager l’expérience de la bibliothèque de l’Institut africain de développement économique et de planification des Nations Unies (IDEP) avec l’utilisation du logiciel Invenio développé par l’organisation européenne de recherche nucléaire (CERN) et initialement dédié au domaine hautement scientifique de la physique des particules. Exponentiellement pourvoyeuse de documents issus de la recherche, ce domaine particulier de la physique, le CERN en est l’organisation la plus en vue au niveau mondial, a eu besoin d’un outil capable de rassembler, décrire, cataloguer, présenter et diffuser en ligne une documentation multiforme. Devant le succès du logiciel, un désir de le vulgariser a pris forme et avec comme principale cible l’Afrique où le besoin en la matière se fait le plus sentir. Avec l’appui financier de l’UNESCO, le CERN a organisé depuis 2009 une série d’ateliers de formation sur les bibliothèques numériques avec un focus sur la découverte, l’installation et la mise en route d’Invenio. Notre bibliothèque à la suite d’une de ces écoles organisée en novembre 2011 à Dakar, a décidé d’adopter le logiciel en tant que système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB), donnant en même temps accès à sa documentation numérique. C’est cette expérience de déploiement que nous avons décidé de partager, en partant de toutes les procédures mises en œuvre pour rendre l’application fonctionnelle et en insistant sur fonctionnalités disponibles et que nous avons adaptées à notre propre environnement. Dans sa conception Invenio prend en compte et propose un certain nombre de choses, parmi lesquelles on peut citer pêle-mêle : l’utilisation du MARC 21, les formats d’exports de métadonnées du Dublin Core, BibTex, Endnote, etc., des fonctions d’OPAC social ou Web 2.0. entre autres. L’autre intérêt qui motive cet article est de partager nos réflexions sur un projet de création d’une bibliothèque numérique collective entre toutes les institutions africaines ayant bénéficié des formations du CERN, avec pour but à la longue de lui donner une dimension continentale.

Exposer de vive voix les détails suggérés dans ce résumé à été facilité par ma sponsorisation émanant du Goethe Institut de Johannesburg. Ce rappel est un exercice de gratitude auquel je devais me soumettre tout en appréciant à sa juste valeur ce geste, d’une institution qui, depuis quelques années déjà, soutient les échange et reseautage professionnels dans le domaine des sciences de l’information et des bibliothèques en Afrique.

N° 74 – Ressources mondiales en Maîtrise de l’information 3

infolit-logoL’UNESCO vient de publier un Panorama des ressources en Maîtrise de l’information dans le monde. Ce guide à l’intention des étudiants, professionnels de l’information, enseignants, chercheurs, etc., a nécessité la collaboration de pas moins de 93 spécialistes du domaine et locuteurs de 42 langues dans lesquelles sont déclinées les différentes ressources proposées. L’intégralité du document est accessible ici avec possibilité de le lire en PDF ou en ePub pour les détenteurs de d’appareils mobiles ou de Logiciels de lecture pour PC tel que Calibre.

Cet outil vient compléter tout le travail accompli depuis plus d’une décennie pour promouvoir le concept de « Maîtrise de l’information » en vue de son adoption et opérationnalisation dans les différents contextes éducationnels de la planète. En effet le guide a pour but de fournir une approche inclusive et multilingue, en rassemblant les contributions de ces spécialistes d’origine diverse, permettant ainsi aux potentiels utilisateurs de divers horizons et nationalités d’accéder à des informations pertinentes dans leur langue maternelle. Il se veut être un outil didactique de base à l’intention des enseignants et bibliothécaires des cycles d’enseignement primaire, secondaire et supérieur, pour formater des plans de cours et autres tutoriels dédiés à la formation à la maîtrise de l’information, en direction des élèves et étudiants. Il va sans dire que la pertinence de ce guide multilingue réside surtout dans le fait que les communautés, quelles qu’elles soient, sont mieux en mesure d’identifier leurs besoins d’information, d’accéder à cette information, l’évaluer, l’utiliser, ou la créer et la partager, si elles sont aidées en cela, par des outils propres à leur langue maternelle. Ceci entre en droite de ligne avec l’idéal poursuivi par l’UNESCO (Déclaration de Moscou de juin 2012) ou encore l’IFLA (Recommandations de décembre 2011), qui reconnaissent le rôle primordial de l’information et des médias dans nos vies de tous les jours, car il se trouve au cœur de la liberté d’expression et l’accès à l’information, nécessaires pour la construction et l’application de nouvelles connaissances,  qui elles-mêmes font progresser le monde et par conséquent le bien-être de chaque individu.

Pour la partie purement francophone du document, il fait un focus sur trois pays : la France, le Canada et la Belgique. Une liste de ressources très appréciable pour qui les connaît et les a déjà utilisées D’ailleurs, je recommande vivement l’outil de formation InfoSphère développé par l’UQAM (Québec) qui a été adopté et adapté par les services de bibliothèque d’autres universités francophones du Canada (Montréal et Laval) et de Belgique (Louvain). Je l’utilisais moi-même comme source d’inspiration, lorsque j’enseignais la maîtrise de l’information aux étudiants en Sciences de la santé de l’UGB durant une vie professionnelle antérieure.

Il est aussi louable de noter la prise en compte de deux langues typiquement africaines dans le guide : l’Amharique d’Ethiopie et le Shona du Zimbabwe, mais tout aussi déplorable l’absence de langues comme le Swahili et pourquoi pas le Wolof (un peu de chauvinisme :) ) dont la présence sur Internet et le Web est de plus en plus visible depuis quelques années avec, par exemple, des versions « wolofisées » de Google ; Wikipédia  et même du navigateur Mozilla Aurora. Il ne reste qu’à produire des contenus et des ressources en maîtrise de l’information pour les intégrer dans le guide, d’autant plus que celui-ci est évolutif selon les mots même de l’auteur, ce qui est une excellente chose pour la prise en  compte future de toutes les autres langues qui ne manqueront pas de  se manifester en vue d’être partie intégrante de ce document de référence.

Je voudrai pour terminer, féliciter mes quelques collègues du Comité permanent de la Section Maîtrise de l’information de l’IFLA qui ont eu collaborer dans le cadre de cette publication, pour le compte de leur propre pays et/ou groupe linguistique dans lequel s’exerce leur activité professionnelle.

N° 73 – Principes de l’IFLA sur le «eLending» Réponse

L’IFLA vient de publier ses Principes pour le prêt des livres électroniques (e-books) dans les bibliothèques (comprendre qu’on parle ici aussi bien du support matériel qui sert à lire des informations numérisées et la version numérisée d’un livre contenue par exemple dans ce support). Ces principes sont le fruit d’une réflexion menée en Novembre 2012 à La Haye, qui est elle-même le prolongement d’une préoccupation générale du monde des bibliothèques et relatif à la diffusion des ressources électroniques fournies par les éditeurs commerciaux. Depuis plus d’une décennie, cette réalité de la fourniture d’accès à des contenus numériques est observable dans les bibliothèques et concerne plus particulièrement ceux qui sont disponibles en ligne, particulièrement à partir des bases de données. Dès 2001 l’IFLA avait fini d’édicter un ensemble de principes de base qui devraient prévaloir dans les relations contractuelles et les contrats écrits entre bibliothèques et fournisseurs d’information, notamment en ce qui concerne les licences d’accès et de diffusion. Les principaux sujets de préoccupation pour les bibliothèques étaient : l’archivage et la préservation pérenne du contenu, la capacité de jouir des exceptions de la législation sur le droit d’auteur, les coûts, le prêt entre bibliothèques, la flexibilité sur la licence et la protection de la confidentialité des utilisateurs.

En 2007 avec l’explosion des appareils de lecture de contenus numériques tels que les liseuses et autres dispositifs apparentés, l’offre en documentation électronique s’est étendue avec la mise à disposition de ces nouveaux supports. Ces livres électroniques commerciaux désormais incorporés dans les collections des bibliothèques, ont poussé l’IFLA à élaborer des principes relatifs à leur prêt aux utilisateurs et qui vont au-delà de ceux édictés dans le document de 2011.

En effet pour les bibliothèques, des différences notoires sont apparues dans le processus d’acquisition de deux types de contenus numériques. Dans le document de 2001 les principes assument un consentement mutuel entre le fournisseur d’information (éditeur) et l’acquéreur d’accès à cette information (bibliothèque) et plaident pour des contrats de licence standard avec des termes et conditions pour un certain nombre de domaines. Mais les grandes maisons d’édition commerciales multinationales adoptent des approches très différentes lors de la vente de livres électroniques aux bibliothèques et évitent de s’engager dans des discussions collectives sur les conditions en raison de préoccupations sur la législation anti-concurrence. Il faut ajouter à cela une complexité qui découle des restrictions d’interopérabilité pour les utilisateurs finaux dictées par les fabricants et distributeurs d’appareils de lecture numérique (Amazon, Apple,…) et des restrictions d’utilisation imposées par les vendeurs et revendeurs de contenu (OverDrive, Amazon …). Ensuite, il faut noter que même avec une négociation de licence sur des collections agrégées d’e-books,  ces derniers une fois mis à disposition des bibliothèques, le sont sous une base de licence par titre de la part des éditeurs ou revendeurs avec des termes et conditions non-négociables. Enfin les éditeurs sont détenteurs de droits circonscrits à une région bien déterminée, ce qui restreint leur possibilité d’accorder des contrats pour le prêt entre bibliothèques vers des régions où ils ne détiennent pas de droits et découragent autant que les revendeurs, la mise en œuvre de licences consortiales concernant les e-books. Toutes ces considérations ont poussé le Governing Board de l’IFLA à approuver les principes sur le prêt des e-books.

Ceux-ci se déclinent en 05 points que voici :

  • Possibilité pour les bibliothèques d’acquérir des licences et /ou acheter tout e-book disponible sur le marché sous une variété de conditions en fonction de la nature du travail des bibliothèques et des droits qui leurs sont accordés ainsi qu’à leurs usagers.
    • le nombre d’utilisateurs simultanés
    • la période de temps permise à la bibliothèque pour rendre le livre électronique disponible
    • l’option d’achat ferme avec disponibilité permanente (à des fins de conservation à long terme, les  travaux édités commercialement peuvent être déposées auprès des organismes spécifiés dans la législation nationale comme étant attributaires du dépôt légal)
    • la limite sur le nombre total de prêts permis
    • les dates de publication et vente au détail (pas d’embargo sur les nouveaux titres acquis grâce à la licence de la bibliothèque)
  • Étant donné le respect mutuel des droits d’auteur de la part des titulaires de droits et des bibliothèques, toute option de licence ou d’achat d’e-books offerte aux bibliothèques doit respecter les exceptions et limitations en faveur des bibliothèques et de leurs usagers y compris le cas échéant :
    • le droit de faire copie d’une partie de l’œuvre,
    • de reformater l’œuvre à des fins de conservation, si elle est autorisée ou achetée pour un accès pérenne,
    • de fournir une copie pour le prêt entre bibliothèques,
    • de reformater une œuvre pour permettre une impression accessible aux handicapés.

Les bibliothèques devraient avoir le droit de contourner une mesure technique de protection dans le but de faire tout usage à finalité autre que la contrefaçon.

  • Les e-books disponibles dans les bibliothèques devraient être utilisables sur tous les appareils de lecture numérique courants (interopérabilité)
  • Les bibliothèques et leurs usagers doivent être en mesure de contrôler l’utilisation des renseignements personnels d’un utilisateur, y compris ses choix de lecture dans la bibliothèque numérique.
  • Lorsque les éditeurs et/ou auteurs, et/ou revendeurs refusent l’accès à des livres électroniques de la bibliothèque, la législation nationale devrait exiger un tel accès dans des conditions raisonnables.

Le texte proposé ici est en grande partie ma propre traduction de portions de textes tirées des documents de l’IFLA concernant cette question. Ceci dans le but de donner aux collègues francophones un aperçu plus compréhensible de ces principes en attendant une traduction plus officielle et souhaitable.

En tout état de cause le dossier du copyright (droit d’auteur) et son application en bibliothèque demeure un vaste champ encore en friches qui s’est complexifié encore plus avec l’environnement numérique. Cette prise en compte de l’IFLA n’en est donc que plus pertinente, intéressante et salutaire, au moment où on peut sérieusement s’interroger sur ses enjeux pour les bibliothèques.